L’essor du jumeau numérique : des compétences à anticiper et hybrider

L’essor du jumeau numérique : des compétences à anticiper et hybrider

Porté par les enjeux de compétitivité, de transition énergétique et environnementale, de santé et sécurité, les projets de jumeau numérique se multiplient en France. Quel est l’impact de cette technologie émergente sur les besoins en emploi et compétences dans le numérique et l’ingénierie ? L’équipe de BVA People Consulting a analysé pour l’OPIIEC*, en collaboration avec Since&co, les opportunités sectorielles et les mutations des métiers à anticiper et accompagner.
(*) Observatoire des métiers du numérique, de l’ingénierie, du conseil et de l’évènement

Le jumeau numérique ou « digital twin » : kesako ?

Le jumeau numérique est le double numérique d’un système réel – une usine, une ville, un cœur… – composé d’applications et données interopérables, et élaboré pour répondre à des usages bien définis. Il est alimenté par des flux de données provenant de l’entité réelle selon une fréquence définie. Cette technologie permet de comprendre, analyser et prédire le comportement de l’entité réelle, afin d’aider à la décision.

Une forte croissance à 3-5 ans anticipée par les entreprises du numérique et de l’ingénierie

En France, le développement de jumeaux numériques est en plein essor dans l’industrie, secteur le plus avancé, mais aussi l’énergie, le bâtiment & les territoires, la santé, la défense et les transports. Les cas d’usages s’inscrivent le plus souvent dans des objectifs d’amélioration de la performance, d’anticipation du cycle de vie, de simulation et de réduction des impacts environnementaux, ou encore de réduction des coûts.

L’hybridation des compétences au sein d’équipes-projets pluridisciplinaires

La conception d’un jumeau numérique requiert une équipe-projet associant des expertises-métiers (mécanique, environnement, énergie…), à des compétences numériques, collaboratives et holistiques. L’équipe doit aussi être capable d’appréhender des systèmes complexes, d’assurer l’interopérabilité des données, et de maîtriser des outils de modélisation avancés.

Des besoins de recrutement plus importants dans les métiers de l’ingénierie

L’étude révèle des besoins de recrutement portant, avant tout, sur des ingénieurs « cœur de métier » (ingénieur d’études, ingénieur méthodes-industrialisation, ingénieur R&D…) et des chefs de projet. Moins volumétrique, le recrutement de spécialistes de la data (data scientist, ingénieur IA…) est tout aussi stratégique.

Trois défis à relever en termes d’emploi et de compétences

Le développement de l’emploi et des compétences nécessaires au jumeau numérique requiert de favoriser une compréhension partagée de ses usages, de réduire les tensions en matière de recrutement et d’accompagner la transformation collaborative des métiers. 

 

Retrouvez le rapport détaillé de notre étude pour l’OPIIEC  https://www.opiiec.fr/etudes/139462